Nouvel album GRÂCE disponible au format CD et digital 12 titres !
Commandez-le ici !

19.8.11

Je suis un écologiste convaincu, mais là, non, je peux pas....


Mes opinions politiques ont toujours été dans le vert foncé. Ecolo convaincu. Mais là, tout ce qui se passe à EELV me navre, me révolte et m'attriste. Au mieux ils se tirent une balle dans le pied, au pire -et c'est grave - ils jettent un véritable discrédit sur toute la mouvance écologiste en France !

Leurs atermoiements, leurs petites phrases et leur division interne les ont rendus ri-di-cules ! Je pense qu'ils ont dores et déjà perdu l'élection présidentielle tant leur message est nul. Au sens strict : zéro, il n'y a rien !

Pourtant, la grave crise actuelle est une occasion en or pour proposer un nouveau modèle de consommation raisonnable,ré-organiser les MIN (Marché d'Interêt Nationaux) et réduire la distance producteur-consommateur,  taxer les emballages plastiques qui finissent en Méditerranée (sic!), favoriser les emplois de la filière environnementale (avec des baisses de charges), accélérer le développement d'énergies propres et renouvelables (solaire et biomasse en tête), forcer chaque constructeur automobile français à proposer des modèles hybrides (il n'en existe AUCUN actuellement).

Côté économie, on pourrait  reparler de croissance zéro, remettre en cause le fait que les entreprises du CAC40 ont un impôt sur les sociétés de 18% au lieu des 33% pour toutes les autres (lire le rapport de l'UMP Gilles Carrez ), appliquer la TVA sur les transactions boursières comme sur tous les autres produits, surtaxer les bénéfices non-réinvestis, et interdire totalement la vente à découvert. On pourrait pendre exemple sur les États-Unis et taxer à 65% les revenus  (et non le capital!) de plus de 200 000 € et plafonner les revenus des grands PDG.

En bref, faire de la politique. De la vraie politique, deliée de ses obligations partisanes et/ou médiatiques ! Une politique qui propose et non qui s'oppose. Car à force de s’opposer à Nicolas Sarkozy et de dresser un bilan catastrophique de son quinquennat, ces gens ne restent que dans le constat et en oublie l'essentiel : l'action !