Nouvel album GRÂCE disponible au format CD et digital 12 titres !
Commandez-le ici !

29.1.13

Du mariage pour tous malgré tout

Commençons par un aveu : je suis dans la catégorie des vieux cons. Comme à 35 ans je considère encore ne pas être vieux -encore que tout soit relatif à ce sujet- je suis donc con tout court. Non, je ne crois pas à la famille homoparentale, à mon sens la construction d'un enfant se fait dans une fusion mère-enfant avec un père qui s'oppose à cette fusion.
Mais je sais aussi que ce que j'affirme là n'est en aucun cas un dogme, un savoir ou une conclusion tirée d'une longue expérience : c'est une opinion personnelle. Et comme toute opinion personnelle, elle ne saurait être suffisante pour s'opposer à la poursuite du bonheur d'enfants et de couples en mal de véritable structure, en mal de reconnaissance réelle de la société.


Non, je ne crois pas à la famille homoparentale, mais c'est déjà trop tard : la famille homoparentale existe déjà et demande à exister. Le futur projet de loi vise à "régulariser" la situation de 150 000 enfants environ qui ont le bonheur d'avoir été désirés mais dont les liens qu'ils tissent avec leurs parents de même sexe ne sont pas validés ou reconnus par la société avec toutes les conséquences que cela implique dans la vie quotidienne : supervision de la scolarité, suivi médical, héritage, autorité en cas de séparation...

Je pense sincèrement que la société doit choisir non pas en fonction de ses valeurs morales, mais plutôt en fonction du bonheur des citoyens  : elle n'en sortira que grandie. Si nous refusons le mariage aux personnes de même sexe, nous tracerons une ligne de séparation inique signifiant que tous les citoyens n'ont pas les mêmes droits, une sorte de parjure de la déclaration des droits de l'Homme dont notre Nation est l'auteure...

Mon opinion est ce qu'elle est (pour aujourd'hui...), mais la poursuite du bonheur de nos concitoyens est bien plus importante en particulier lorsque des enfants sont impliqués.