4.11.13

Le protocole MIDI a 30 ans. On s'en fout ? Moi pas !

Comme précisé sur le site www.auto-production.fr (auquel je participe), le protocole MIDI a 30 ans. Globalement, vous pouvez le dire : on s'en fout. Ca ne changera en rien votre quotidien ni la perception de celui-ci.

Mais bon, je tiens à le dire : le protocole MIDI est à la musique électronique ce que la presse de Gutenberg est à l'imprimerie. Le début d'une révolution. Grâce ou à cause de lui, la musique a opéré une translation des musiciens vers des techniciens et a permis une démocratisation de l'accès à la production, décuplé plus tard par la M.A.O. Je me permets une extrapolation : ce petit protocole a été le début du déclin de l'ère des majors.



Aujourd'hui, qu'en est-il du MIDI ? Il est dans n'importe quel logiciel de M.A.O qui pilote des synthétiseurs même virtuels. Il est au coeur de tous les contrôleurs, claviers, footswitch, il est l'essence même de la communication entre l'homme et la machine musicale. Pour moi, le protocole MIDI est une merveille car il est une passerelle entre le monde de l'Art des Arts (la musique) et celui de la technologie parfois la plus pointue. Je l'utilise au quotidien et dois faire sans doute partie des derniers à retoucher les données midi dans le fichier - dans le code, dirait mes amis développeurs. Avant c'était quasi obligé, maintenant les interfaces graphiques sont suffisamment évoluées pour ne plus à avoir à se prendre la tête. Je suis vraiment reconnaissant aux concepteurs de ce protocole qui réconcilie le musicien et le mathématicien qui sont en moi... Longue vie au MIDI !