13.6.16

J'ai embrassé le démon

J'ai embrassé le démon sur la bouche
C'était chaud
Ça avait un goût de pierre
Ses yeux brillaient de lucidité maligne
Ses mains m'attiraient vers lui

Tant que j'ai pu, j'ai résisté
Et la Tentation était si forte !
Il m'invitait à l'Amour
Lui qui n'y connaît rien

Au beau milieu de sa féminité
Claire, belle, évidente
J'ai fermé les yeux et j'ai crié
Tant que j'ai pu, j'ai crié

De désespoir et de désir d'Amour
J'ai crié pleuré lutté
Puis j'ai ouvert les yeux
Devant mon miroir

extrait de mon recueil l’Éphéméride